« On ne saurait se faire une idée de ce qu'était alors l'îlot de La Boisselle : un enfer, disaient les occupants ; dans un domaine plus matériel, un chaos indescriptible de pierres, de bois, de briques, d'objets de toutes sortes… On n'y circulait qu'à quatre pattes, mais nos hommes y vivaient, y luttaient, s'y cramponnaient. »

— Commandant Thomas, Compagnie du génie 11/4